Ambition et passion : Jade World accompagne ses employés dans leurs projets

Caroline et Claire « Les baroudeuses de l’innovation managériale » nous invite à découvrir Jade World qui est une entreprise néo-zélandaise qui a été créée en 1976, depuis, elle n’a cessé de s’agrandir. 

L’entreprise emploie aujourd’hui plus de 250 employés dans 3 pays différents. Le siège se situe à Christchurch où chaque jour se rendent 180 employés. Jade World dispose également de bureaux à Dunedin, la ville universitaire de l’île sud de Nouvelle-Zélande, mais également à Auckland, à Sydney et à York. “We liberated people with technology” est le message que véhicule l’entreprise. L’organisation compte parmi ses clients Air New Zeland, SPS, Zurich, Allianz, TAL, Fonterra mais également des plus petites entreprises spécialisées dans l’électronique ainsi que des franchises néo-zélandaises. Parmi les valeurs de Jade World, nous trouvons : la collaboration, la spontanéité, la performance et le développement personnel. Jade World est spécialisée dans 3 domaines : le développement d’un langage informatique qui lui est propre, la création de solutions digitales pour leurs clients, ainsi que la vente de 2 produits. Christian est « insights manager », c’est-à-dire que son rôle est d’analyser les insights des utilisateurs des produits de l’entreprise : « Mon rôle est surtout de parler aux utilisateurs et d’identifier les problèmes sur les applications que nous créons ».

Une organisation horizontale où le terme de « manager » n’existe pas

Chez Jade World il n’y a pas de manager !  Les employés travaillent en équipes de 4 à 10 personnes et s’autogèrent, le micro-management n’existe pas. « Travailler en équipe c’est plus simple pour créer des liens […] le micro-management n’existe pas chez nous, on est tous responsables de nos projets, personne ne nous dit quoi faire, on fait tout par nous-même et une équipe a une véritable mission à accomplir » nous explique Christian. Nous comprenons qu’il n’y a pas de managers au sein de Jade World puisque les employés ne souhaitent tout simplement pas en avoir.

Un climat de confiance qui permet une flexibilité hors-pair

L’organisation étant raisonnablement petite, Christian nous explique qu’elle est aussi très flexible. « Nous avons une très grande confiance envers nos employés, nous sommes libres de prendre des décisions […] en fait chacun peut prendre une décision lorsqu’il pense que c’est la meilleure pour son équipe, il faut seulement être responsable ». Jade World est également extrêmement flexible en ce qui concerne les horaires et le lieu de travail. En effet, beaucoup d’employés travaillent de chez eux et cela fonctionne très bien, « d’ailleurs aujourd’hui, je travaille de la maison » nous dit Christian. Les employés de Jade World ont aussi la possibilité s’ils le souhaitent de travailler seulement 4 jours par semaine… « Tant que le travail est effectué chaque employé peut s’organiser comme il veut, mais s’il n’y a pas de confiance alors le système ne peut pas fonctionner » continue Christian. Ainsi, les employés de Jade World sont extrêmement autonomes, « je n’ai jamais vu quelqu’un qui ne faisait pas ce qu’il avait à faire » continue Christian. 

Chaque équipe règle ses conflits en interne, sans faire appel à un individu extérieur

« Il y a souvent un leader dans une équipe, cela dépend de la configuration de celle-ci mais c’est souvent lui qui va aider dans la résolution des conflits » nous explique Christian. Nous comprenons que les équipes doivent s’autogérer, elles ont leurs propres règles puisqu’il n’y a pas de manager pour chapeauter le groupe, c’est donc aux équipes de faire en sorte que les process fonctionnent et que l’atmosphère soit saine pour tout le monde. « Les Néo-Zélandais sont assez réservés, ils ne vont pas dire ce qu’il pense, donc parfois ça ne match tout simplement pas avec ma vision européenne » continue Christian. Cependant Jade World est très au courant de ce problème, c’est pourquoi ils ont mis en place des séances entraînements afin d’apprendre aux employés néo-zélandais à ne pas avoir peur de prendre la parole et de dire ce qu’ils pensent en public. Ces entraînements sont aussi un moyen de montrer aux employés de quelle manière « avoir des conversations » et dire lorsque l’on n’est pas d’accord avec la décision. Il s’agit donc d’une manière d’éviter les conflits et de les résoudre rapidement grâce une approche plus théorique et culturelle.

« Si tu ne prends pas soin de tes employés alors ils sont moins productifs »

Jade World fournit de nombreux avantages compétitifs à leurs employés : une rémunération compétitive, une assurance-maladie ainsi qu’une assurance vie, un congé parental additionnel, une flexibilité en ce qui concerne les pratiques de travail, un espace de travail agréable ou encore de nombreux événements et activités pour les employés et leur famille. Les employés de Jade World se retrouvent souvent les samedis pour participer à des événements sportifs organisés par l’entreprise : courses de vélo, compétitions de surf, matchs de rugby… Jade World organise aussi des cours d’œnologie. 

Les employés de Jade World lors d’une course de vélo organisée par l’entreprise

Le bien-être des employés est également une thématique à laquelle Jade World tient tout particulièrement à cœur. Les employés ont en effet la possibilité de participer à des cours de yoga tous les vendredis sur leur lieu de travail et d’assister à des conférences animées par des personnes extérieures expertes dans le domaine de la santé physique et mentale. « Au bureau, il y a aussi de la nourriture, du vin, des bières, plusieurs super machines à café mis à disposition des employés afin que tout le monde se sent comme à la maison » conclut Christian. 

Encourager le développement de nouvelles compétences

Jade World est également dans une approche d’apprentissage actif, c’est-à-dire que chaque employé est libre d’organiser un cours pour l’ensemble de ses collaborateurs sur des thématiques qui l’intéressent. L’entreprise a donc créé la « program academy » au cours de laquelle les employés peuvent s’inscrire à des cours portant par exemple sur l’intelligence artificielle ou sur la création de chat box . À noter que ces cours font partie des heures de travail des employés. Jade World incite enfin ses employés à avoir un impact social : ils doivent réaliser une journée par an au sein d’une ONG locale, « et tous les employés adorent cette initiative » nous explique Christian. 

Les limites de l’openspace

Une chute de la concentration et donc de la productivité

Au sein de Jade World, tout est organisé en openspace, mais nous comprenons rapidement que cette organisation moderne de l’espace est controversée. « Nous sommes organisés en openspace et c’est nul ! » Affirme Christian. En effet, pour lui, cela ne fonctionne pas pour la bonne et unique raison que les employés sont bien plus distraits qu’avant et moins productifs. Pourtant, le but recherché par Jade World était d’unifier les départements et d’avoir toujours plus de collaboration entre les différentes équipes. « Le problème est que toutes les équipes sont dans le même espace, il y a beaucoup trop de bruit. L’openspace oui d’accord, mais avec des espaces délimités et cloisonnés pour chaque équipe ! » Continue Christian. Pour lui, si l’openspace est une manière d’économiser de l’espace et de l’argent, il est persuadé qu’il y a des « coûts cachés ». Pour lui, en openspace la productivité ne peut que chuter et il explique que c’est un des sujets les plus discutés au sein de l’entreprise aujourd’hui. 

L’échec de la technique Pomodoro

L’entreprise a testé la technique dite de Pomodoro (technique que nous avons découvert au Danemark chez IIH Nordic et qui a permis d’augmenter la productivité de l’entreprise), il s’agit d’une meilleure gestion du temps de travail. Cependant, cette technique n’a pas été un succès pour Jade World. En effet, « personne ne respectait les règles, même lorsque les employés avaient leur casque réducteur de bruit sur les oreilles » continue Christian. Nous pensons qu’il s’agit essentiellement d’une question culturelle, cela fonctionne au Danemark car les employés vont respecter le fait que leurs collaborateurs souhaitent s’isoler, en revanche dans la société néo-zélandaise cela n’est pas dans leurs habitudes..

Remédier aux problèmes en offrant de nouveaux espaces dédiés aux employés

Depuis que les employés ont dit qu’ils n’étaient pas d’accord avec cette organisation de l’espace via une étude interne, Jade World a créé des salles insonorisées pour les employés en quête de plus de concentration. « Ce qui est génial, c’est que l’on n’a pas besoin de réserver les salles, c’est super pour nos meetings et c’est plus silencieux, ça nous permet d’avoir plus de concentration ». Selon Christian, il est important qu’une entreprise façonne son propre environnement et que ce dernier soit en accord avec ses valeurs. Jade World a réussi à relever le défi. 
Une des valeurs phares de Jade World est de « prendre soin de ses employés et de leur famille ». Jade World a dès lors créé des espaces dédiés aux enfants des employés au sein de l’entreprise. Il n’est donc pas rare de voir des enfants dans les espaces de jeux qui leur sont dédiés au sein des locaux de l’entreprise en attendant que leurs parents terminent leur travail. À noter que les enfants en Nouvelle-Zélande finissent très tôt leur journée d’école, vers 14 h 30. 

Un processus de recrutement collectif atypique

Jade World a mis en place un processus de recrutement particulier. Lorsqu’une personne est engagée, il s’agit d’une décision commune. L’ensemble des membres de l’équipe vont donner leur avis. Les membres de l’équipe s’assurent d’une part que le candidat partage les mêmes valeurs qu’eux, et d’autre part qu’il accepte la critique : « On recherche des gens autonomes qui n’ont pas trop d’ego » nous confie Christian. Ainsi, le processus de recrutement est construit de telle sorte que les membres de l’équipe puissent mesurer l’autonomie du candidat dans un premier temps puis son ego dans un deuxième temps.

Le candidat doit en effet passer une journée entière au bureau avec des membres d’une équipe. On lui confie une tâche à accomplir, souvent, il s’agit d’un problème complexe à résoudre, le candidat a à sa disponibilité toute l’équipe durant la journée. « On ne s’intéresse pas tellement à comment le candidat va résoudre le problème, mais plutôt à son comportement […] va-t-il demander de l’aide aux membres de l’équipe ou va-t-il choisir de s’isoler et de travailler de son côté ? L’idée est d’analyser la manière dont le candidat analyse le problème, dont il communique, et de voir si l’ensemble de l’équipe se projette dans le futur avec lui ». À la fin de la journée, l’ensemble des membres de l’équipe donnent au candidat leurs impressions et leurs ressentis concernant son travail. « On se moque vraiment du diplôme ici, c’est qu’une feuille de papier […] ce qui nous intéresse, c’est comment la personne va collaborer, on cherche une personnalité parce que les certifications et les compétences changent tout le temps et on doit toujours en apprendre de nouvelles » continue Christian. Il semblerait que leur processus de recrutement soit très performant, car il y a un très faible taux de turnover et d’ailleurs Christian nous dit simplement « dans notre équipe en tout cas, on n’a pas fait une seule erreur de recrutement, je pense, on ne regrette aucun de nos choix ». 

Une entreprise qui soutient ses employés dans leur projet 

La création de Thatswhy : Entrepreneurship ou Intrapreneurship ?

Christian est co-fondateur d’une startup, du nom de ThatsWhy. « Avec un de mes collègues de Jade World, on avait envie de faire quelque chose d’autre, à force d’étudier les insights des consommateurs nous avons développé une très bonne connaissance du marché et nous savons identifier les besoins. Alors on a commencé à chercher une solution digitale qui permettrait de résoudre un problème et répondre à un besoin ».

Christian est responsable de l’UX et son collaborateur s’occupe de toute la partie codage. Ils ont développé une application gratuite qui permet d’enregistrer des conversations, qui retranscrit en texte et permet de mettre en valeur les moments importants d’un dialogue instantanément. Ainsi, les utilisateurs n’ont pas besoin de prendre de notes, Thats Why enregistre et retranscrit l’interview en temps réel, cela permet de capturer les meilleurs moments de l’interview. L’application permet également d’organiser le texte et d’extraire les meilleures citations. Enfin, l’application offre la possibilité aux utilisateurs de partager leur retranscription sur un forum, en créant un Showcase, l’application organisant un résumé intelligent de la conversation.

Accompagner ses employés dans leurs projets en leur offrant une grande flexibilité

Au début, on se disait « on n’y va, on n’y va pas… puis un jour on a fait le grand saut ». Jade World a donné son accord pour que deux de ses employés passent un peu de leurs heures de travail sur leur projet personnel de la création Thatswhy. « Ce n’est pas vraiment de l’intrapreneurship, car c’est complètement séparé de l’entreprise pour laquelle je travaille actuellement, pourtant cela s’assimile à de l’intrapreneurship, car notre entreprise nous accompagne». 

Christian et son co-fondateur ne travaillent pas dans un incubateur et ont fait le choix de ne pas avoir de mentor, ils font seulement valider leurs idées de temps en temps à des experts. « On n’a pas besoin d’espaces de travail, car nous travaillons de chez nous ou de notre bureau chez Jade World, et nous avons encore moins besoin de lever des fonds. On ne veut volontairement pas d’investisseurs, car on ne veut pas avoir à répondre à des attentes, c’est une source de stress supplémentaire… On est plutôt dans une optique de si ça marche, c’est cool, si ça ne marche pas, c’est pas grave ça aura été une belle aventure». Si un jour la startup venait à grandir, nous comprenons que Christian voudrait créer un fort esprit et éviter l’openspace! Il y aurait un espace dédié à chaque équipe, un espace que les employés pourraient s’approprier et designer comme ils le souhaitent.

Vous souhaitez engager votre entreprise dans l’innovation managériale ? Discutons-en…

Vous l'avez aimé ... Partagez-le !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •